Interview de notre marraine et notre parrain

Interview de notre marraine et notre parrain

UN PARRAIN ET UNE MARRAINE POUR LA FONDATION

La Fondation est fière de vous annoncer que Louka Real et Lea Sprunger sont respectivement le parrain et la marraine de la Fondation depuis le début de l’année 2017 ! Par leur présence enthousiaste, ils apporteront joies et rêves aux enfants hospitalisés. Présentation de ces deux sportifs altruistes et généreux.

Vous êtes tous deux de grands sportifs romands, décrivez-nous en trois mots votre passion.

Lea : dans l’athlétisme, ce qui me plaît et me motive ce sont : la polyvalence de cette discipline, la précision qu’elle exige et la persévérance nécessaire !
Louka : le basket en chaise me permet de me défouler, me rend heureux et surtout, m’incite à me dépasser !

Quels sports et activités pratiquiez-vous enfant ?

Louka : d’après mes parents, j’étais un enfant hyperactif, j’avais toujours besoin de me dépenser, de bouger ! J’ai pratiqué l’athlétisme en club dès huit ans et essayé le football, sans grand succès (rires).
Lea : un peu tous les sports d’extérieur, avec mes frères et sœur. Nous étions toujours dehors à jouer ! Toutefois, j’ai aussi pratiqué une année de basket…

À quel âge vous est venue la passion du sport ?

Louka : après plusieurs années d’athlétisme, j’ai découvert ma passion pour le vélo trial et les compétitions à 13 ans. J’ai d’ailleurs terminé 3e en championnat suisse et été vainqueur de la Coupe suisse.
Lea : j’ai commencé la gym à sept ans, dans mon village. C’est ce qui m’a amenée à rejoindre les compétitions régionales, durant lesquelles j’ai participé à différentes épreuves d’athlétisme. Je m’y suis consacrée entièrement à l’âge de dix ans en rejoignant le club COVA de Nyon avec ma grande sœur Ellen. Je dirais que c’est vers 15 ans que l’athlétisme est réellement devenu une passion !

« L’important n’est pas de gagner, mais de participer ». Qu’ajouteriez-vous à cet adage ?

Lea : j’adhère bien sûr à cette célèbre citation. Ce qui manquerait, c’est essentiellement le respect. Oui, c’est important de participer, de gagner, mais toujours en étant respectueux de ses adversaires.
Louka : alors, je ne suis pas entièrement d’accord… Si on participe à une compétition, l’objectif est aussi de gagner ! C’est ce qui pousse à aller de l’avant, ce qui stimule.

Louka, vous avez vécu un accident de moto difficile. Un mot pour les enfants qui vivraient une situation similaire ?

Louka : avant mon accident, je me disais que si je finissais en chaise, je ne m’en remettrai jamais. Puis un jour, c’est arrivé. On ne peut pas revenir en arrière, mais bien entouré et avec force et volonté, on peut vaincre l’insurmontable et franchir le mur. Pendant ma rééducation au Centre suisse des paraplégiques, j’ai découvert le basket en fauteuil roulant. Deux ans plus tard, je rejoignais l’équipe suisse. Ma chaise roulante, c’est mon quotidien, elle fait partie de moi ; ma chaise de basket, c’est mon objet de sport, c’est comme monter sur un vélo !

Qu’est-ce qui vous a incité à vous investir auprès de la Fondation ? Un élément déclencheur ?

Lea : j’ai découvert la Fondation il y a longtemps, grâce à sa présence lors d’événements sportifs. Les valeurs qu’elle véhicule et le travail qu’elle mène me touchent beaucoup. Ainsi, lorsqu’on m’a proposé de devenir marraine, c’était une évidence !
Louka : on m’avait conseillé de partager mon histoire, mon optimisme. Ainsi, quand Paola Möhl m’a invité à les rejoindre, j’ai tout de suite accepté. Cela m’a fait très plaisir qu’elle ait pensé à moi.

En tant que parrain et marraine, que souhaiteriez-vous apporter aux enfants hospitalisés ?

Louka : mon handicap par rapport à certaines maladies, ce n’est rien… Je l’ai surmonté, maintenant, c’est derrière. Une maladie, c’est incertain, plus inquiétant. Alors j’aimerais leur apporter quelque chose, tout simplement. Partager mon expérience et surtout, les faire rigoler !
Lea : le sourire ! Les faire sortir de ce quotidien pas toujours facile, en étant là pour eux, en jouant avec eux à l’hôpital et aussi en répondant à leurs questions. Ça me tient vraiment à cœur.

Bienvenue à Alexandra Conunova !
La Fondation est très heureuse d’accueillir une nouvelle marraine à ses côtés : Alexandra Conunova. Née en 1988 en Moldavie et vivant actuellement avec sa famille à Lausanne, Alexandra joue du violon depuis l’âge de six ans. La jeune virtuose a étudié à l’École supérieure de musique, de théâtre et médias de Hanovre et remporté plusieurs prix prestigieux. La talentueuse musicienne rejoint donc Louka Réal et Lea Sprunger pour apporter son soutien aux enfants hospitalisés. Nous réaliserons son portrait plus détaillé dans notre édition de « La Comète » de fin d’année.

bureau

Les commentaires sont fermés.